Accueil / EURO-BRICS / Amérique du Sud – États-Unis : Vers un nouvel ordre régional, par Hector R. Sanchez

Amérique du Sud – États-Unis : Vers un nouvel ordre régional, par Hector R. Sanchez

Depuis leur naissance, les États-Unis ont eu deux politiques étrangères différentes. Alors qu’ils étaient liés à l’Europe en tant que pairs, ils ont développé en Amérique une politique d’expansion[1] et d’intervention[2] en concurrence avec la Grande Bretagne.

Les Etats-Unis ont affirmé la Doctrine Monroe en 1823[3] (” L’Amérique pour les Américains “). Au XIXe siècle, la Doctrine de la Destinée manifeste[4] a été proclamée. Les deux ont été achevés en 1904 avec le corollaire Roosevelt[5] . Depuis lors, l’intention des États-Unis d’intervenir[6] dans les affaires locales des gouvernements dont les politiques n’étaient pas alignées sur leurs propres intérêts a été explicite. L’Amérique latine a commencé par la suite à être considérée comme une zone d’hégémonie américaine. Ces politiques correspondaient à un contexte continental de prépondérance britannique, où le capital et les manufactures britanniques étaient en concurrence directe avec les Etats-Unis. Pour contrer l’influence anglaise prédominante sur le continent, les États ont conçu leur Union panaméricaine à l’instar des schémas des autres puissances impérialistes qui cherchaient aussi à créer et à consolider leurs propres zones d’influence par le biais du pan-germanisme, du pan-slavisme, etc. À cet effet, les États-Unis ont organisé en 1889 la première Conférence panaméricaine[7].

Depuis lors, les conférences panaméricaines basées sur la doctrine Monroe sont devenues l’axe de toute politique étrangère de la Maison Blanche envers l’Amérique latine, visant à imposer leur influence. Entre 1889 et 1901, les États-Unis ont parrainé les quatre premières conférences panaméricaines : Washington (1889), Mexico (1901), Rio de Janeiro (1906) et Buenos Aires (1910), où l’Union panaméricaine a finalement été fondée, en tant qu’organe permanent présidé par le Secrétaire d’État américain. Les conférences suivantes ont été célébrées à Santiago du Chili (1923), La Havane (1928), Montevideo (1933) et Lima (1938), ouvrant la voie à un mécanisme fluide et opérationnel permettant aux chanceliers de se rencontrer et de consulter.

Après la Seconde Guerre mondiale, après Yalta, les Etats-Unis, en tant qu’un des noyaux du nouvel ordre bipolaire, ont atteint leur capacité maximale dans l’exportation et la reproduction de leur vision du monde sur leur zone hégémonique, couvrant désormais tout le bloc occidental.

Depuis lors, les Etats-Unis ont appliqué une politique d’intervention directe et indirecte sous prétexte de lutter contre le communisme, devenu plus tard trafic de drogue (1973), et aujourd’hui contre le terrorisme (2001). Le Département d’Etat américain s’est montré généreux dans le développement d’outils pour mettre en œuvre sa politique : il a créé diverses agences étatiques (CIA[8], DEA[9], NSA[10]), diverses fondations (Ford, Rockefeller), la School of the Americas[11], etc.

La stratégie régionale américaine a consisté à bloquer la consolidation des politiques nationales et régionales perçues comme allant à l’encontre de leurs intérêts nationaux et économiques.

Les politiques régionales latino-américaines dans l’ordre mondial de l’après-guerre : ALCA – MERCOSUR

Plusieurs traités[12] ont été élaborés pour mettre en œuvre l’ordre mondial américain après 1945. En 1948, le Traité interaméricain d’assistance réciproque (ITRA) a été signé. Presque au même moment, l’Organisation des États américains (OEA) a été créée. L’Organisation interaméricaine de défense avait déjà été créée pendant la Seconde Guerre mondiale (1942).

Une tendance à la régionalisation indépendante des États-Unis a commencé à se manifester en Amérique latine sur le site 1960´s. Le processus a été lancé par des traités tels que l’Association latino-américaine d’intégration (LAIA)[13], le Marché commun centraméricain (CACM)[14], le Pacte andin et la Communauté des Caraïbes[15] . Cette tendance a été en partie neutralisée par les États-Unis. Dans les sites 1980´s et 1990´s, cette tendance semble renaître, donnant naissance au Marché commun du Sud (MERCOSUR)[16], à l’Alternative bolivarienne à l’Amérique latine et aux Caraïbes (ALBA)[17], à la Caribbean States Association (CSA), à la Communauté andine[18], au Central-American Integration System (CAIS), au Caribbean Common Market (CARICOM)[19], au G-3 (Mexique, Venezuela et Colombie), au Système d’intégration des Caraïbes (CAIS) et au Groupe des Trois (Mexique, Venezuela, Colombia).

À partir du site 1990´s, les États-Unis ont élaboré, dans le cadre de divers traités, une stratégie d’intégration régionale sous leur hégémonie, qui remonte à l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA)[20] avec le Mexique et le Canada, appuyé par d’autres instruments comme la Zone de libre-échange des Amériques[21], le Sommet des Amériques[22], plusieurs sommets des ministres américains des Affaires étrangères, ainsi que plusieurs autres mécanismes et ententes (p.ex. l’Initiative du bassin des Caraïbes).

Après septembre 2001, les Etats-Unis ont changé leurs politiques et cherché l’intégration continentale sous leur contrôle de tous les systèmes régionaux et sous-régionaux existants, fondés sur la libre circulation des capitaux, des biens, des services et des investissements, la protection de la propriété intellectuelle et ont essayé d’établir une commission pour traiter les controverses découlant des subventions, du dumping et des droits compensateurs. Le transfert des poursuites et des différends entre les entreprises étrangères et les gouvernements locaux[23], des tribunaux nationaux aux tribunaux internationaux, offre une ” sauvegarde et une sécurité juridique ” supplémentaires aux investissements étrangers.

Au début de 2004, les négociations ont été interrompues en raison de la collision des intérêts des États-Unis et du MERCOSUR. Les États-Unis n’avaient pas l’intention de réduire les protections accordées à leur agriculture (subventions et droits de douane). En contrepartie, Washington a fait valoir que le Brésil n’était pas disposé à s’ouvrir aux services et aux investissements étrangers. Cela a entraîné un changement de stratégie de la part des États-Unis, visant à construire leur région hégémonique par la signature d’accords bilatéraux de libre-échange (ALE). Les États-Unis ont déjà signé des ALE avec le Canada et le Mexique[24], cinq pays d’Amérique centrale (Guatemala, El Salvador, Honduras, Nicaragua et Costa Rica) (CAFTA)[25], ainsi que la République dominicaine[26], le Chili[27], le Pérou[28] et la Colombie[29].

Durant les huit années de l’administration Bush, l’affaiblissement rampant des Etats-Unis a permis à une partie de l’Amérique latine de renforcer les liens intrarégionaux. Elle marque la perte de l’hégémonie américaine dans la région[30] . Au cours de cette période, la région a établi de nouvelles relations commerciales avec la Chine[31] et l’Union européenne[32] ; et, d’autre part, le Venezuela a établi des liens solides avec des pays comme l’Iran[33], la Chine[34] et la Russie .

La dynamique actuelle permet de voir le lancement d’un nouvel ordre géopolitique qui se déploie comme une synthèse de deux tendances concurrentes. Les États-Unis cherchent à garder l’Amérique latine sous leur contrôle (ZLEA) tandis que l’Amérique du Sud tend à s’organiser dans sa propre région géopolitique (MERCOSUR et ALBA)[35].

USAN, jalon vers l’intégration régionale en Amérique du Sud

Le premier ancêtre d’une proposition d’unité politique pour l’Amérique latine a été le Congrès amphictyonique du Panama (1826), juste après son indépendance[36]. Il s’agissait d’un projet de Simón Bolivar, qui avait l’intention de créer une Confédération des peuples ibéro-américains étendue du Mexique au Chili et à l’Argentine.

Aujourd’hui, après l’échec du Consensus de Washington et des mesures néolibérales qu’il recommandait[37], les douze pays qui se conforment à l’Amérique du Sud[38] commencent à suivre une voie d’intégration indépendante. L’Union européenne est un modèle qui a été pris en compte par un tel projet[39] .

La déclaration fondatrice de l’Union des nations sud-américaines (USAN) a été signée le 9 décembre 2004 à Ayacucho, au Pérou. Le texte de son traité constitutif[40] a été approuvé le 23 mai 2008 à Brasilia. L’objectif de cette union est de renforcer le dialogue politique entre les Etats membres, en créant un espace de concertation pour soutenir l’intégration régionale et la participation au scénario international avec une vision globale et prospective qui contribue activement et de manière créative à l’élaboration d’un nouvel ordre géopolitique mondial[41].

L’objectif ambitieux est d’organiser l’Union des nations sud-américaines, en suivant des étapes similaires à celles que l’UE[42] a données. Les obstacles à surmonter sont multiples et comprennent des questions sociales, économiques et politiques. La région est loin d’être homogène[43] avec des intérêts contradictoires[44] et une faible intégration commerciale. Néanmoins, une augmentation commerciale est vérifiée dans le commerce intrarégional au cours des dernières années[45] ; il a connu une augmentation durable des échanges commerciaux entre 2004 et 2007 (87%)[46], passant de 62.000 millions USD à 116.000 millions USD. Les exportations intrarégionales de l’Association latino-américaine d’intégration représentent 15,4% du total des ventes et importations, 18,5%. Ces progrès sont en deçà de ce qui est nécessaire pour établir des processus solides d’interdépendance. La prédominance du commerce extrarégional et le poids américain dans les différentes sous-régions sont les principales faiblesses.

Le potentiel économique de l’Amérique du Sud est énorme[47] . La région s’étend sur 17,6 millions de km2. Son territoire diversifié abrite des écosystèmes aussi divers que les Caraïbes[48], l’Amazonie[49], les Andes, l’Altiplano[50], le Pantanal[51], la Pampa[52], le Cerrado[53], la Patagonie[54] . La population s’élève à 377 millions d’habitants, soit 67 % de toute l’Amérique latine et 6 % de la population mondiale totale. De plus, il est linguistiquement intégré, étant donné que presque tous parlent espagnol ou portugais. Son produit intérieur brut est d’environ 3.800 milliards USD[55] . La région possède l’une des plus grandes réserves d’eau douce et de biodiversité au monde, ainsi qu’une immense richesse énergétique, minérale, halieutique et agricole.

L’article 2 du Traité de l’UNJASUR définit l’objectif et l’étendue de l’organisation. Cette communauté a été proposée par les gouvernements sur la base de la convergence des deux grands blocs commerciaux de la région, le MERCOSUR et la Communauté andine, vers une zone de libre-échange comprenant le Chili, le Surinam et le Guyana.

Ce processus évolue à travers : . Pactes politiques et coordination ; . accords de libre-échange ; intégration physique, énergétique et médiatique ; politique d’harmonisation en matière rurale et agroalimentaire ; coopération en matière de technologie, de science, d’éducation et de culture et intégration entre les entreprises et le secteur civil.

La structure du projet est conformée par un secrétariat général établi à Quito (Équateur), un parlement unique à Cochabamba (Bolivie), une présidence temporaire, un conseil des chefs d’État et de gouvernement (organe suprême, délibérant, nécessitant l’unanimité pour prendre des décisions), un conseil des ministres des Affaires étrangères et un conseil des délégués.

Les politiques d’intégration qui ont été initiées :

. Dans le cadre du MERCOSUR Plusieurs Traités et Protocoles ont été signés entre les pays, sur des questions telles que la libre circulation des biens, des services et des facteurs de production, l’établissement d’un tarif extérieur commun ; la reconnaissance des études primaires et secondaires non techniques, la revalidation des certificats d’études, la création de la juridiction contentieuse dans les contrats à caractère civil ou commercial passés entre personnes physiques ou juridiques particulières ; l’harmonisation des règles de propriété intellectuelle au MERCOSUR, comme marques ; Reconnaissance des titres universitaires de grade décernés par l’Université reconnaissante de chaque pays, uniquement pour la poursuite d’études postsecondaires ; Coordination et coopération gouvernementales interinstitutionnelles pour coopérer contre la criminalité organisée, améliorer les mécanismes de persécution pénale et la coopération dans les domaines où elle est en concurrence. Accord d’extradition au sein du MERCOSUR ; Élimination de l’utilisation obligatoire du passeport dans les pays associés le bloc….

. Dans le cadre de l’UNASUR organisent divers Conseils

Le Conseil sud-américain de l’énergie[56], créé le 16 avril 2007 par la Déclaration d’Isla Margarita[57], est devenu membre de l’Union des nations sud-américaines.

Plusieurs pays d’Amérique du Sud disposent d’importantes ressources en hydrocarbures. L’Argentine est depuis longtemps autosuffisante. Le Brésil l’a fait récemment[58] et avec de nouvelles découvertes dans sa mer territoriale[59], il se dirige vers une puissance pétrolière. Le Pérou[60] et la Bolivie, avec d’énormes réservoirs de gaz et une très faible consommation, sont des exportateurs distincts. Le Venezuela est l’Arabie saoudite de l’Amérique du Sud.

L’importance réelle des hydrocarbures dépasse le cadre énergétique. Ils sont l’une des matières premières fondamentales de l’époque contemporaine. La plupart des pays d’Amérique latine manquent de capitaux, d’équipements et d’expérience technique nécessaires à son exploitation autonome. Mais les puissances productives vénézuéliennes et brésiliennes, productives et techniques, peuvent apporter ces ressources à une politique régionale.

Dans un projet d’intégration économique, l’intégration énergétique est une nécessité. Le défi consiste à combiner le pouvoir du Venezuela, le leadership politique d’un Brésil autosuffisant, le rôle intermédiaire de l’Argentine et de la Colombie, la richesse du Pérou et de la Bolivie, les besoins du Chili, du Paraguay et de l’Uruguay.

Le Conseil de défense sud-américain était une proposition brésilienne visant à l’élaboration conjointe de politiques de sécurité. Cette initiative consolide les actions d’intégration en réaffirmant la souveraineté et les droits sur les biens et les ressources de la région. Il a été lancé le 10 mars 2009 à Santiago du Chili[61] .

L’invasion du territoire équatorien par l’armée colombienne pour attaquer et tuer Raúl Reyes[62], commandant en second des Forces armées révolutionnaires colombiennes (CRAF), a mis en évidence la nécessité pour l’Union des nations sud-américaines nouvellement formée d’avoir un mécanisme permanent de discussion pour gérer les conflits régionaux sans intrusion étrangère.

Compte tenu de la réactivation de la quatrième flotte américaine[63], de la violation de l’espace aérien du Venezuela[64] et de la volonté d’installer une base militaire à Palanquero, en Colombie[65], plus celles qui existent déjà dans la région[66] (toutes les actions américaines visant à maintenir son hégémonie régionale), la nécessité d’une politique régionale et coordonnée de défense est manifeste.

L’Amazonie constitue dans l’une des grandes réserves d’eau pour l’avenir et c’est aussi un dépôt de matières cousines. Il y a eu des campagnes pour l’internationaliser[67] . Grâce aux satellites, toutes les richesses naturelles de l’Amérique latine sont classées et étudiées par les États-Unis. C’est actuellement sans doute pour le Brésil l’une de ses hypothèses de conflit que la politique de défense est très présente. Aujourd’hui, avec la découverte de nouvelles réserves de pétrole dans sa mer continentale[68], les hypothèses de conflit deviennent encore plus pertinentes pour le Brésil. Il est important de souligner la déclaration du ministre brésilien de la Défense, Nelson Jobim, qui a déclaré que son gouvernement n’autoriserait pas la quatrième flotte américaine à patrouiller le territoire maritime brésilien.

Les objectifs du Conseil de la défense sont les suivants

– Mise en place d’un mécanisme permanent et périodique de consultation des ministres de la Défense, afin d’accroître la transparence des politiques de défense, des programmes de modernisation et de l’entraînement conjoint ou combiné des forces.

– Coordination des systèmes opérationnels pour le déploiement ad hoc de groupes sous-régionaux pour les opérations de paix autorisées par l’ONU, l’OEA et d’autres organisations internationales, pour les crises humanitaires et les catastrophes naturelles.

– Mise en place de mécanismes civilo-militaires pour faire face aux risques et menaces pour la sécurité sous-régionale, comme le trafic de drogue, la contrebande et le terrorisme international.

– Création d’agences ou de groupes de travail pour concevoir, financer et développer des programmes conjoints de défense, en maximisant les potentiels nationaux et en favorisant l’absorption du savoir-faire pour permettre le développement des industries locales, au moins dans les niches ou secteurs où les niveaux technologiques le permettent.

Le Conseil de défense sud-américain travaillera cette année à la collecte d’informations sur les Etats participants, afin de donner ultérieurement forme à un mécanisme de défense efficace.

La création du Conseil de la santé[69] de l’Union des nations sud-américaines a été approuvée le 16 décembre 2008, lors du sommet extraordinaire du Costa do Sauipe Forum (Brésil). Il s’agit d’un organisme de consultation et de recherche de consensus conformé par les ministres de la Santé de l’USAL. Son objectif est de consolider l’Amérique du Sud dans un espace d’intégration sanitaire.

L’initiative s’est concentrée sur cinq domaines de travail : “Bouclier épidémiologique ” ; développement d’un système de santé universel ; accès universel aux médicaments ; promotion de la santé ; développement et gestion des ressources humaines en santé.

L’Amérique du Sud abandonne lentement l’USD

En ce qui concerne les monnaies locales pour les échanges commerciaux, l’Amérique du Sud a lancé un processus qui tend à réduire sa dépendance à l’égard de l’USD.

L’ALAI (Argentine, Bolivie, Brésil, Chili, Colombie, Cuba, Équateur, Mexique, Pérou, Paraguay, Uruguay et Venezuela. Panama est sur le point d’être incorporé) cherche à renforcer le commerce intrarégional en encourageant l’Accord réciproque de paiement et de crédit (RPCA), l’utilisation et la responsabilisation des monnaies locales.

Les questions soulevées autour de la santé de l’USD comme monnaie refuge et de la baisse des importations des principales puissances, ont généré des propositions lors de la réunion du G-20 à Londres, pour remplacer cette monnaie comme instrument de paiement international. Malgré l’absence de consensus initial sur ce sujet, de sérieux doutes ont été exprimés sur le dollar américain comme monnaie internationale[70].

L’Argentine et le Brésil ont été les premiers à suivre cette initiative. Le 8 septembre 2008, après deux ans et demi de travail technique intense, ils ont signé un traité bilatéral au sein du MERCOSUR pour permettre des transactions de commerce extérieur effectuées directement en monnaie locale. En octobre de la même année, le nouveau mécanisme a été mis en place[71].

Sur la même longueur d’onde, le 6 mai 2009, le Brésil s’est mis d’accord avec l’Uruguay sur l’abandon du USD pour leurs échanges commerciaux[72]. Le Brésil étudie également avec la Colombie la possibilité d’échanger des dollars américains contre des devises locales pour leurs activités commerciales[73].

Lors du sommet de Londres, le Brésil a directement proposé à la Chine d’utiliser le renminbi chinois et le real brésilien comme monnaie de règlement et d’abandonner le dollar américain[74] .

L’Argentine et la Chine ont convenu d’un swap de devises d’une durée de trois ans totalisant 70 milliards de yuans, (10 milliards USD)[75] .

Banque du Sud : suivre les traces de l’UE ?

Bien que l’initiative de la Banque du Sud[76] ait été lancée par le président Hugo Chavez[77] et son homologue argentin Nestor Kirchner[78], qui ont signé le protocole d’accord sur cette question en février 2007. Le Brésil, d’abord opposé à l’idée, l’a finalement dynamisée. Ce qui était en discussion, c’est si la Banque du Sud serait semblable au Fonds européen de développement (FED)[79] qui finance des projets d’infrastructure dans les zones de croissance relativement faible pour promouvoir un développement autonome, absolument nécessaire pour réduire les asymétries régionales. Le Brésil dispose déjà d’une banque de développement, la BNDES, avec un portefeuille d’investissement très supérieur à celui de la Banque mondiale. C’est en principe la raison de l’opposition du Brésil. Mais la fonction des banques nationales de développement est la promotion des entreprises nationales, et ce qui est implicite dans la Banque du Sud, c’est une nouvelle architecture régionale qui comporte trois éléments interdépendants[80] :

– Une unité monétaire du Sud.

– Un Fonds de stabilisation monétaire, le Fonds du Sud.

– Une Banque du Sud qui utilise les réserves existantes pour le développement de la région.

Il est nécessaire d’arrêter le transfert de ressources du Sud vers le Nord pour avoir de véritables fonds pour la région. D’autre part, l’intégration de l’Amérique du Sud exige un système financier indépendant de USD dans un moment où cette monnaie est en train de perdre son rôle de monnaie étrangère internationale.

La banque est proposée comme alternative au FMI, à la Banque mondiale et à la Banque interaméricaine de développement. Toutefois, la Banque du Sud ne fonctionnera pas comme un prêteur dans le style du FMI. Au lieu de cela, elle financera des projets de développement dans des zones économiques clés pour l’intégration géopolitique du Sud :

– Infrastructures terrestres, aériennes et maritimes ;

– Réseau d’approvisionnement alimentaire

– l’établissement d’un réseau intégré du système de santé ;

– système d’éducation pour la transformation ; et

– un système énergétique intégré.

Ce projet financier vise à renforcer les mesures d’intégration économique qui renforcent l’Union des nations sud-américaines. Elle travaille également à la création d’une monnaie commune dans les cinq prochaines années, soit environ[81] .

Il a été officiellement formé à Buenos Aires le 9 décembre 2007, avec la signature des présidents membres. Dans un premier temps, son siège sera à Caracas, avec deux bureaux à Buenos Aires et La Paz.

Le 8 mai 2009, les ministres de l’Économie et des Finances de l’Argentine, de la Bolivie, du Brésil, de l’Équateur, du Paraguay, de l’Uruguay et du Venezuela se sont réunis à Buenos Aires pour évaluer les conditions statutaires finales de la future entité[82] . Il est maintenant temps pour les présidents et les congrès de chaque pays de ratifier l’accord.

L’accord prévoit que les sept partenaires apporteront un capital de 7 milliards d’USD. Pour atteindre cette somme, Buenos Aires, Brasilia et Caracas fourniront chacun 2000 millions. Montevideo et Quito, 400 millions chacun. Asunción et La Paz, 200 millions.

En ce qui concerne le fonctionnement de la Banque du Sud, chaque pays aura un vote au sein de son conseil d’administration. Toutefois, pour l’approbation de projets dépassant 70 millions de dollars, l’approbation des deux tiers du capital total de la banque sera requise. Le poids de chaque pays dans le processus de décision, l’une des questions les plus longues à résoudre, a ainsi été réglé. De tels projets nécessiteront le vote positif d’au moins deux des plus gros investisseurs : Argentine, Brésil et Venezuela.

Considérations finales

L’Amérique du Sud a commencé à accroître sa capacité de production et de consommation, afin d’accroître l’interdépendance de leurs activités économiques : industries, services et marchés. C’est-à-dire qu’elle a commencé la construction d’une région économique efficace. Il s’agit de créer une organisation pour coordonner les politiques et prendre la capacité de mobiliser des forces et des ressources pour sa défense ou pour la poursuite d’objectifs communs. L’objectif est d’être une région politique.

Que la voie de l’intégration sud-américaine dans laquelle les problèmes à résoudre sont nombreux. A commencer par la diversité idéologique des différents gouvernements. Certains ont tendance à s’éloigner du modèle néolibéral, nationalisant les ressources naturelles, imposant des restrictions à l’entrée des capitaux spéculatifs, contrôlant la conduite des capitaux transnationaux, et ont essayé de s’éloigner du livre de recettes du FMI et de la Banque mondiale. Il y en a d’autres comme la Colombie, le Pérou et le Chili, avec une politique qui coïncide totalement avec les intérêts de Washington (les projets politiques d’Alvaro Uribe et Alan Garcia divergent explicitement de ceux soutenus par la Communauté andine des Nations). En même temps il y a plusieurs différends en suspens de résolution : le Chili et le Pérou sont opposés par la mer territoriale ; l’Argentine et l’Uruguay par l’installation de Botnia, le Chili et la Bolivie par la sortie à la mer pour cette dernière ; les petits pays du MERCOSUR demandent plus de pouvoir de décision ; le Venezuela et la Colombie maintiennent des controverses permanentes sur la frontière ; le Venezuela revendique une partie du territoire de la Guyana.

L’Argentine et le Brésil, pour leur potentiel de production alimentaire, leurs ressources énergétiques, à la fois stratégiques pour le monde de demain, et la taille de leurs marchés, sont devenus les piliers de l’intégration sud-américaine. Le Brésil se distingue par sa politique d’intégration, fondée sur la coordination interétatique et la cohérence de ses politiques publiques. L’Argentine, si elle est capable de consolider son intégration sociale et économique, et de développer une politique étrangère cohérente et conforme à l’importance de l’intégration régionale, par son histoire et son poids économique, peut devenir un élément important dans ce processus. A terme, le Venezuela pourrait donner une impulsion, un soutien à leur détermination apparente d’entrer dans le Marché commun du Sud, ce qui se produira lorsque le projet vénézuélien sera compatible avec celui du MERCOSUR.

Le Brésil est le seul pays de la région à maintenir un projet productif cohérent et durable et une politique de développement industriel au niveau régional. Ils ont été fixés pour son poids économique et politique dans les principales motivations de l’intégration régionale. Avoir des agences gouvernementales avec une pensée stratégique qui fonctionnent comme des ” institutions publiques cérébrales ” et un échange naturel d’idées avec des institutions académiques.

Leur stratégie accorde la priorité à la nécessité d’intégrer tous les marchés nationaux et leurs populations. Car ceux-ci sont nécessaires pour développer les infrastructures, les transports et les communications (voies navigables, routes automobiles, chemins de fer, ports, aéroports, oléoducs, oléoducs, réseaux de communication, etc) et pour unir les deux grands bassins versants d’Amérique du Sud (Plata et Amazone). L’objectif est de favoriser une synergie régionale qui renforce l’effet cumulatif de la région, en créant une dynamique qui va au-delà de la concentration actuelle du commerce des produits de base et de la prévalence de leurs exportations vers les pays développés.

L’Argentine, qui a développé un degré d’industrialisation jusqu’au milieu du XXe siècle, s’est effondrée au cours des dernières décennies, pendant les dictatures militaires, le gouvernement d’Alfonsin et finalement pendant la période du gouvernement Menem (1989-1999). Pendant les dix années de cette dernière, qui ont tenté de construire avec les Etats-Unis des relations similaires à celles que l’Argentine a entretenues avec la Grande-Bretagne pendant plus d’un siècle, ont conduit à la destruction de l’industrialisation naissante[83] mais aussi des ressources humaines et de la structure administrative de l’Etat. Le processus de reconstruction nationale sera inévitablement prolongé. Malgré tout, l’Argentine conserve un poids relatif important dans la région.

Nous avons essayé de donner une vision objective des progrès réalisés en matière d’intégration sud-américaine. Nous sommes optimistes quant aux opportunités qui ouvrent la crise systémique mondiale actuelle. Mais nous ne devons pas ignorer les risques existants, parmi lesquels se détache la formidable asymétrie visible entre le colosse brésilien et le reste de ses partenaires potentiels. Dans la mesure où les partenaires réussissent à réduire cet écart, nous pouvons augurer du succès de ce processus d’intégration en tant que nouvelle région géopolitique.

1] Voir Guerre Mexicaine-Américaine, Wikipedia

2] Voir Amérique latine – Relations avec les États-Unis, Wikipedia

3] Voir Doctrine Monroe, Wikipedia

4] Voir Manifest Destiny, Wikipedia

5] Voir Roosevelt Corollary, Wikipedia

6] Sources : U.S. Interventions in Latin America, zompist.com ; Las intervenciones norteamericanas en América Latina, Javier Peña

7] Voir Première Conférence internationale des États américains, Wikipedia

8] Sources : La nature de l’intervention de la CIA au Venezuela, L’empire et la CIA contre l’Amérique latine (Première partie), voltairenet.org

9] Sources : Militariser le Mexique : La nouvelle guerre contre la drogue, Laura Carlsen | 12 juillet 2007

10] Voir NSA (National Security Agency)

11] Voir Western Hemisphere Instit for Security Cooperationute, Wikipedia

12] Voir : Pan-américanisme depuis 1945, Encyclopédie de la politique étrangère américaine.

13] Voir Association latino-américaine d’intégration, Wikipedia

14] Voir Contexte de l’intégration centraméricaine et références, Système d’information sur le commerce extérieur.

15] Voir Communauté des Caraïbes, Wikipedia

16] Voir MERCOSUR, Wikipedia

17] Voir Qu’est-ce que l’ALBA ?, alternativabolivariana.org

18] Voir Communauté andine des nations, Wikipedia

19] Voir La Communauté des Caraïbes, caricom.org/

20] Voir Accord de libre-échange nord-américain, Wikipedia

21] Voir Zone de libre-échange des Amériques, wikipedia

22] Voir Sommet des Amériques, wikipedia

23] Source : La décharge de déchets toxiques Metalclad à Guadalcazar, San Luis Potosi, Red mexicana de acción frente al libre comercio.

24] Voir Accord de libre-échange nord-américain, Wikipedia

25] Voir Qu’est-ce que l’ALÉCA ?, Le Centre de renseignement de l’ALÉCA

26] Voir l’Accord de libre-échange République dominicaine – Amérique centrale, Wikipédia.

27] Voir Accord de libre-échange entre les États-Unis et le Chili, Wikipedia

28] Sources : El TLC con Estados Unidos entrará en vigencia el 1 de febrero, elcomercio.com.pe ; Tratado de libre comercio Perú EEUU, tlc

29] Voir Accord de libre-échange entre les États-Unis et la Colombie, Wikipédia.

30] Source : Is Washington Losing Latin America, Peter Hakim, Foreign Affairs, janvier/février 2006.

31] Source : Chine et MERCOSUR : Perspectives du commerce bilatéral, ICTSD

32] Source : Libre-échange UE-MERCOSUR : É.-U., une troisième roue ?, ACHO

33] Source : Venezuela Iran’s Best Friend ?, 11/03/2006, venezuelanalysis.com/

34] Sources : Participa presidente venezolano en prueba de tren chino, 14/11/2008, www.spanish.xinhuanet.com ; Chinese help for venezuela rail, 27/03/2009, railwaysafrica.com

35] Voir Intégration en Amérique latine – Tendances et défis, Renato Baumann, Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes, CEPAL, janvier 2008.

36] Voir Congreso de Panamá, efemérides Venezolanas

37] Voir Consensus de Washington, Wikipedia

38] Voir Amérique du Sud, Wikipedia

39] Source : Principios de Integración Regional en América Latina y su análisis comparativo con la Unión Europea, Regionalbildungsansätze in Lateinamerika und ihr Vergleich mit der Europäischen Union, Ramiro Xavier Vera-Fluixa,Center for European Integration Studies, University of Bonn

40] Voir : Traité constitutif de l’Union sud-américaine des nations, comunidadandina.org ; Tratado Constitutivo de la Unión de Naciones Suramericanas, Integracion Sur – CLAES

41] Source : Las claves geopolíticas de América del Sur en el sistema mundial, MERCOSUR, abc.com.ar.

42] Las posibilidades de la convergencia de los acuerdos de integración en Suramérica, Adolfo López B, REVISTA DE LA INTEGRACIÓN Nº 2, juillet 2008, page 78.

43] Las asimetrías y el proceso de integración suramericano, María Elena Esparza, REVISTA DE LA INTEGRACIÓN Nº 2, juillet 2008, pág. 86, Principales indicadores de la unión de naciones suramericanas, 1998-2007, Grupo de Estadística, SG/CAN, REVISTA DE LA INTEGRACIÓN Nº 2, juillet 2008, pág. 62.

Source : Amérique du Sud : vers l’union ou la désintégration ?, 20-07-2006 opendemocracy.net, 03 sept. 2008

45] Source : Commerce en Amérique latine : De plus en plus de pays se tournent vers leurs voisins pour faire des affaires, wharton.universia.net

46] Source : El intercambio comercial entre países miembros de la ALADI creció un 87% desde 2004, terra.com.mx

47] Source : Principales indicadores de la Unión de Naciones Suramericanas 1998 – 2007, comunidadandina.org.

48] Voir Caraïbes, Wikipédia

49] Voir Amazon Rainforest, Wikipedia

50] Voir The High Plain, National Geographic

51] Voir Le Pantanal, son présent et son avenir, bluemacaws.org

52] Voir La pampa, blueplanetbiomes.org

53] Voir Cerrado, Wikipedia

54] Voir Patagonie, Wikipedia

55] Source : The World Factbook : Amérique du Sud, CIA

56] Sources : Déclaration du premier Conseil de l’énergie d’Amérique du Sud, PDVSA ; Les dirigeants sud-américains ont mis l’intégration énergétique sur le brûleur frontal, Odeen Ismael, Guyana Journal, mai 2007

57] Source Building the Energy Integration of the South, comunidadandina.org ;

58] Source : Le Brésil maintenant autosuffisant en pétrole, 23 avril 2006, Jamaica Observer

59] Source : New Discoveries and Self-sufficiency Provide Petrobrás with a Safety Net, 28 mai 2008, wharton.universia.net.

60] Source : Camisea Gas Fields, Pérou, 24/10/2004, searchanddiscovery.net.

61] Source : South American Nations Form Regional Defense Council, Mérida, 12-03-2009, venezuelanalysis.com

62] Source : Top Farc leader tué par les troupes, BBC News, 1er mars 2008.

63] Sources : Les États-Unis annoncent la reprise des opérations de la IVe Flotte au milieu des soupçons sud-américains, Rapport sur le programme des Amériques ; Intervención militar norteamericana en América Latina, 16-05- 2008, tiwy.com

64] Source : Le Venezuela veut une explication sur la violation de l’espace aérien, 19/05/2008, usatoday.com

65] Source : Une nouvelle base militaire en Colombie étendrait la portée du Pentagone à toute l’Amérique latine, Rapport sur le programme des Amériques, 28 mai 2009.

66] Sources : US Military Bases in Latin America : A Real Problem, Nestor Nuñez, Periódico 26, Cuba. Las bases militares de EE.UU. en América Latina, workingpeoplesvoice.org

67] Source : Internationalisation du monde – Cristovam Buarque,7/05/2008, 1drop.wordpress.com

68] Source : Ordem e progresso hasta el fondo del mar, taringa.net

[69] Source : Le Parlement du MERCOSUR à la recherche d’une plus grande visibilité se réunit au Paraguay, 21-04-2009, mercopress.com

70] Ver GEAB Nº 34 pág.6

71] Source : Brésil, Argentine, début des transactions bilatérales avec les monnaies locales, 07/10/2007, www.chinaview.cn

72] Source : L’Uruguay/Brésil opérera en monnaie locale pour assurer le commerce bilatéral, 07/05/2009, MercoPress

73] Source : Les présidents brésilien et colombien parlent du dollar, Commerce, 03/06/2009, Latin American Herald Tribune.

74] Sources : Le président brésilien se rend en Chine, dit que le Brésil n’utilisera plus l’USD pour le règlement, China News Wrap, 19 mai 2009 ; Lula da Silva encourage l’utilisation des devises locales pour le commerce, MercoPress, 16 mai 2009

75] Source : Chine, Argentine, Wall Street Journal, 31 mars 2009.

76] Sources : Acta Fundacional del Banco del Sur, latindadd.org ; Why South America wants a new bank, 10-11-2007 BBC News ; Bank of the South, Wikipedia

77] Source : La Banque du Sud : Une alternative à la domination du FMI et de la Banque mondiale, 29/10/2007, venezuelanalysis.com

78] Source : Chavez, Kirchner annoncent la Banque régionale de développement, 22-02-2007, Banque mondiale.

79] Voir : Fonds européen de développement (FED), europa.eu.

80] Source : El Banco del Sur : Avances et desafíos,10/03/2008, Oscar Ugarteche, ALAI, America Latina en Movimento

Source : La monnaie unique sud-américaine pourrait être établie entre 5 et 8 ans, 13/12/2007, www.rnv.gov.ve

82] Source : Bank of the South décolle avec un capital initial de 7 milliards USD, 9/05/2009, en.mercopress.com

83] Source : Juan Péron, Louis Proyect, Université Columbia à New York

À propos Comcart Collaborator