Accueil / Accueil / Home / Leçons d’anticipation politique: changer les mentalités par rapport au futur, par Marie-Hélène Caillol

Leçons d’anticipation politique: changer les mentalités par rapport au futur, par Marie-Hélène Caillol

La méthode originale d’anticipation politique de LEAP est surtout affaire de pédagogie et d’évolution des mentalités. Les mentalités à cet égard peuvent être modifiées via le processus de prise de conscience de l’avenir suivant :

Le premier enseignement qu’elle souhaite transmettre est que le futur joue un rôle plus important dans notre XXIème siècle que jamais dans le passé, méritant ainsi un regard plus attentif. Et que cette préoccupation pour l’avenir ne devrait pas être laissée, comme c’était le cas auparavant, entre les mains des sorciers, des prêtres, des dirigeants ou des experts. C’est une question de bonne gouvernance que de fournir aux décideurs et aux citoyens des outils pour rationaliser l’avenir, les mettant en capacité de produire et d’améliorer leurs analyses prospectives et d’affiner leur sens critique lorsqu’ils sont face à des contenus sur l’avenir (proférés par les médias, les politiciens, les banquiers, etc.).

Il est facile de prendre conscience de cette omniprésence du futur grâce à un simple exercice: prendre un journal et mesurer la proportion de contenu parlant de l’avenir, plutôt que du passé. Les « nouvelles » d’aujourd’hui sont souvent tellement «nouvelles» qu’elles ne sont pas encore arrivées ! Les journaux sont remplis d’événements à venir et des spéculations sur ce qui risque de se produire en conséquence de tel ou tel événement ou fait passé ou à venir.

La proportion de contenu lié au futur que nous trouvons en moyenne à la suite de cet exercice est de plus de 60%. Sur la base de cette observation, les gens doivent réaliser que le fait que l' »actualité » traite davantahe du de demain que d’hier constitue un véritable changement de paradigme. Le problème est que, la plupart du temps, les contenus relatifs au futur ne sont pas étiquetés en tant que tels, mais mélangés indistinctement à des informations « normales » relatives au passé.

Le second enseignement consiste donc à inciter tout un chacun à prendre conscience des caractéristiques temporelles de toute production de contenu, qu’il s’agisse de la leur propre ou de celle des autres:

. classer les informations factuelles selon leur rapport au passé ou au futur ;

. estimer leur distance au présent dans les deux cas ;

. faire la distinction entre information factuelle et analyse spéculative.

Le troisième enseignement consiste à admettre qu’un sens critique particulier à l’avenir doit être développé.

Une discussion s’imposera sur la spécificité de ce sens critique qui conduira progressivement la personne sur la voie de la rationalisation des discours liés à l’avenir:

. si c’est factuel, quelle est la certitude de l’avènement du fait décrit ?
. si c’est spéculatif, qui produit l’hypothèse ? et quels préjugés sont-ils susceptibles d’avoir ? (les préjugés sont omniprésents et ne devraient pas aboutir au rejet pur et simple du contenu ; à l’inverse, le sens critique doit être mis en oeuvre car à la croisée entre un contenu et son parti pris se trouve en fait de l’information).
. le texte est-il clair ou confus ? S’il paraît confus, la qualité du texte doit être discutée avant sa propre intelligence ;
. l’hypothèse est-elle bien argumentée ? c’est-à-dire combinant des informations factuelles et référencées enchaînant via des transitions claires et rationnelles un argument à un autre ?
. le ton est-il rationnel ou émotionnel ? S’il est émotionnel, il est susceptible d’être trompeur et manipulateur.

Ces remarques de bon sens deviennent instantanément des règles de production de contenus liés à l’avenir : toute argumentation spéculative portant sur l’avenir doit être labellisée en tant que telle, compréhensible, argumentée et rationnelle, et les conditions d’objectivité de l’auteur doivent être maximisées.

L’objectivité devrait être recherchée aussi bien par les auteurs que par les lecteurs. C’est un exercice utile pour répertorier ses propres préjugés. Prendre conscience de ses préjugés aide à comprendre les préjugés des autres, améliorant ainsi la capacité à atteindre une plus grande objectivité et à retrouver une confiance mutuelle.

À propos Marie Hélène