{ position: center; }
Accueil / Accueil / L’émergence de l’ère du néo-protectionnisme va accélérer dès 2013 le bouleversement géopolitique en cours
Worldmap_LandAndPolitical

L’émergence de l’ère du néo-protectionnisme va accélérer dès 2013 le bouleversement géopolitique en cours

GEAB N°57 (Septembre 2011) 

Certaines zones économiques comme l’Union Européenne et les États-Unis sont assez repliées sur elles-mêmes en termes commerciaux : la somme exportations+importations représente seulement 16% du PIB pour l’UE et 17% pour les USA[1]. De plus, ces deux zones sont fortement intégrées avec des monnaies communes. Ce seront bien sûr des acteurs majeurs de cette évolution car ils pourront le supporter et voudront l’imposer. L’UE voudra cependant garder de bonnes relations avec la Russie (pour le gaz et le pétrole) et plus généralement avec les BRICS, ce qui mènera à du protectionnisme « sur mesure ».

Cependant pour les BRICS (qui sont un réseau et non pas une région intégrée et encore moins un bloc), cette évolution se traduira indéniablement par de fortes tensions internes puisqu’ils ne constituent pas à ce stade une zone suffisamment cohérente pour pouvoir adopter des mesures protectionnistes communes. Ils devront accélérer la mise en place de traités de libre-échange entre eux dans une stratégie de coopération Sud-Sud[2], mais qui ne pourra à court/moyen terme que rester complémentaire de leurs échanges avec d’un côté l’Europe et de l’autre les Etats-Unis. Dès 2012/2013, l’intérêt des BRICS sera sans aucun doute, via le G20 ou via des sommets bi-multilatéraux (comme un sommet Euro-BRICS[3]), de veiller à éviter une situation de conflits inter-blocs, et au minimum de négocier des accords fructueux avec chacune des deux grandes régions intégrées.

 geab 57

Evolution des exportations de l’Allemagne vers la Chine (1999-2010) et des investissements manufacturiers allemands à l’étranger (2006-2009) (en %) – Source : Spiegel / Bundesbank, 07/2011

 

 

Le Japon ne pourra pas résister à l’orbite chinoise, tandis que le Royaume-Uni verra sa position devenir de plus en plus inconfortable entre des Etats-Unis qui se referment sur l’Amérique du Nord et un Euroland qui s’intègre au niveau continental.

Last but not least, dans un monde qui se fracture en régions intégrées, voire en blocs, il y a une activité qui devient très rapidement secondaire : celle de grand centre financier mondial. Alors qu’au contraire une demande de centres financiers régionaux efficaces émerge rapidement. Une autre mauvaise nouvelle pour Wall Street et la City qui préfigure de prochains nouveaux licenciements massifs à New York et Londres.


[2] Voir par exemple l’entretien « L’Afrique peut apporter plus que des minéraux au commerce Sud-Sud », IPS, 13/07/2011.

[3] Le graphique ci-dessous sur les exportations allemandes illustre l’intérêt de l’Euroland à garder de bonnes relations avec la Chine et les BRICS en général, même si le contexte général change. Voir note de synthèse LEAP/E2020 à ce sujet. Source : Europe2020, 28/06/2011